La TERRE Au Carré: Pollution aux particules fines et ultrafines

EMISSION LA TERRE AU CARRE Lundi 14 décembre 2020

Retrouvez un article de l’excellente émission La Terre au Carré de  Mathieu Vidard

Merci Radio France pour la qualité de vos émissions.

RELAIS D’UN ARTICLE PUBLIE DANS NATURE

Cette émission fait suite à un article publié dans Nature notamment par des chercheurs de l’IRD, du CNRS et de l’UGA qui ont participé à une étude européenne sur les sources de particules fines nocives pour la santé, coordonnée par l’Institut Paul Scherrer (PSI, Suisse).

Comme le relate le site de l’IRD :

« Leurs résultats, publiés dans la revue Nature le 18 novembre 2020, révèlent le caractère nocif des particules fines dans l’atmosphère à travers leur potentiel oxydant. Ils suggèrent que cet indicateur devrait être pris en compte à l’avenir dans les mesures de régulation de la qualité de l’air, pour la santé des populations dans le monde.  

La pollution atmosphérique est responsable de plusieurs millions de décès prématurés chaque année dans le monde et constitue l’un des cinq facteurs de risque sanitaire majeurs, aux côtés de l’hypertension artérielle, du tabagisme, du diabète et de l’obésité. Pour lutter contre ce phénomène, des mesures visant à restreindre les émissions sont prises au-delà d’un certain seuil de concentration massique de particules fines présentes dans l’air. Afin de compléter ces mesures de régulation quantitatives, les scientifiques cherchent à comprendre ce qui rend les particules atmosphériques si dangereuses. 

Un stress oxydatif qui intensifie la réaction inflammatoire

Un risque sanitaire accru dans les métropoles européennes 

Les aérosols d’origine humaine plus oxydants 

POLLUTION AUX PARTICULES FINES ET ULTRAFINES

crédit photo SCOTTO

La pollution aux particules fines © Getty / Alexandros Maragos

Retrouvez l’émission présentée par Mathieu Vidard

https://www.franceinter.fr/emissions/la-terre-au-carre/la-terre-au-carre-14-decembre-2020

avec Karine Léger ingénieure en environnement et directrice générale d’Airparif

et Gaëlle Uzu , biogéochimiste de l’atmosphère à l’IRD, et affecté à l’Institut des géosciences de l’environnement à Grenoble. Elle est co-auteure de l’étude européenne sur les sources de particules fines nocives pour la santé, coordonnée par l’Institut Paul Scherrer (PSI, Suisse). Leurs résultats, ont été publiés dans la revue Nature le 18 novembre 2020 . »

APPEL A CONSTRUCTION DU GROUPE CITOYENS PENDANT LE CONFINEMENT

crédit photo Scotto
crédit photo Scotto

PROFITEZ DU CONFINEMENT ET REJOIGNEZ UN PROJET DE RECHERCHE INNOVANT

Profitez de cette période inédite et quelque peu étrange à vivre de confinement pour rejoindre le groupe citoyen dans le cadre du projet de recherche participatif BREATHE financé par l’ANR.

« Une expérience de Sciences Citoyennes innovantes »

Vous pouvez avoir différents niveaux d’engagement d’un simple suivi et être informé au fur et à mesure de l’avancée du projet à l’implication dans la collecte de plante voire la fabrication de boitiers micro-capteur à la mesure dans nos différents lieux (laboratoire Géosciences à l’Université Montpellier ou au Zephyr Lab sur la commune de Saint Aunès (34).

Les données citoyennes construites seront publiées sans aucune restriction sur un site spécialement dédié.

Le but in fine est d’aider l’action publique grâce à un programme participatif tout aussi inédit en s’appuyant sur une ingénierie sociale spécifique développée par l’association Artivistes-atelier.

crédit photo photo
crédit photo photo

UNE INSCRIPTION SIMPLE ET ENCADREE PAR LA CNIL

C’est simple il suffit de cliquez ici et de nous envoyer un mail avec votre nom prénom et votre lieu de résidence.  Vos données sont protéger par la CNIL et vous pouvez directement remplir le formulaire (fiche protocole BREATHE).

crédit photo Scotto
crédit photo photo

LA QUALITE DE L’AIR TUERAIT DEUX FOIS PLUS QUE LE TABAC

L’actualité de l’alerte sanitaire et du confinement du au CORONA VIRUS (COVID19)  a donné lieu à des réponses étatiques sans précédent afin de limiter le nombre de décès.

« 67300 décès par an en France à cause de la pollution atmosphérique »

Pourtant la qualité de l’air est un enjeu de santé public à bas bruit tout aussi urgent. Malgré l’éloquence des chiffres les mesures de l’Etat ne sont pas aussi radicales. En effet, le nombre de décès prématurés directement liés à une exposition chronique à un air ambiant de mauvaise qualité dépasserait celui lié à l’usage du tabac  — 8 millions de décès annuels contre 7 millions pour le tabac. Les chiffres à l’échelle de la France se passent de commentaires 67300 décès prématurés.

Lionel Scotto d’Apollonia –

Coordinateur programme Sciences Citoyennes et Recherche Action Participative – 06 10 63 59 49 – breathe.occitanie@gmail.com

 

 

LIEN AVEC LE RESEAU CASPA

crédit photo Scotto
crédit photo Scotto

PRESENTATION COMMUNICATION PIERRE CAMPS ET DAVIA DOSIAS PERLA

PRESENTATION COLLOQUE 1-4 AVRIL 2019

De nombreux domaines des sciences de l’environnement ont connu une expansion remarquable des capacités technologiques et méthodologiques au cours des dernières décennies. L’augmentation de la puissance de calcul, les nouvelles techniques de collecte de données grâce à des instruments moins chers et plus fiables et la disponibilité de données de haute qualité ont accru les possibilités. D’un autre côté, la science citoyenne (l’implication du public dans les processus scientifiques) prend de l’ampleur dans des domaines de plus en plus variés, en lien avec la biodiversité, les tremblements de terre, la météo, le climat, la pollution de l’air ou des sols, et la santé par exemple. Des observatoires citoyens sont en cours de développement un peu partout et pourraient contribuer à des recherches, des stratégies d’actions environnementales et politiques plus vastes. Par une participation crédible à la science, les citoyens pourraient contribuer activement à la prise de décision en matière d’environnement, se sensibiliser aux problèmes environnementaux, ce qui permettrait ainsi de bâtir une société plus résiliente. Mais il est nécessaire pour cela, de veiller à ce que les données collectées et analysées par les citoyens respectent les mêmes normes que celles en vigueur pour les projets de recherche traditionnels. Ceci nécessite donc d’innover ou d’adopter les meilleures pratiques pour la réalisation de ces recherches participatives.

Le développement et le déploiement de microcapteurs individuels connectés mesurant des paramètres de l’environnement physique et chimique, et leur utilisation dans le cadre de programme de sciences participatives, reste pour le moment complexe. De nombreuses questions ouvertes demandent réflexion, et des verrous scientifiques restent à lever.  Au cours des dernières années un nombre croissant d’initiatives a vu le jour en France et à l’étranger pour développer et déployer des capteurs environnementaux portables et connectés, qui ouvrent la voie à une utilisation par des citoyens dans le cadre d’opérations de recherche, de démarches associatives, ou dans un but commercial. Mais ces initiatives sont malheureusement pour la plupart locales et pour les chercheurs impliqués il manque aujourd’hui des occasions d’échanger, de partager les bonnes pratiques, de mutualiser les développements, les protocoles, les approches, etc, conditions nécessaire pour une exploitation scientifique des données produites par ces approches.

Des sessions spécifiques sur le sujet restent confidentielles dans des congrès internationaux, et de nombreux acteurs français sont d’accord sur l’importance de collaborer plus largement aujourd’hui sur ces sujets : laboratoires en Sciences de l’Environnement, laboratoires de Sciences Humaines, Instituts, mairies, association de surveillance de la qualité de l’air, laboratoires citoyens (fablabs, hackerspace, etc.), etc.  La proposition d’un colloque national a donc reçu un écho très favorable de la communauté interdisciplinaire accueillant la possibilité d’établir un état des lieux des initiatives en France, de partager les bonnes pratiques, de permettre lorsque c’est possible de mutualiser des outils, des développements, des méthodes. A titre indicatif, un document pdf déposé en réponse au présent appel à projet donne une liste de personnes ou organismes intéressés par ce colloque.

 

ARTICLE – LA BIOSURVEILLANCE PARTICIPATIVE DE LA QUALITE DE L’AIR

Voici le début d’un article co-écrit par quatre membres de l’équipe montpelliéraine préfigurant le projet BREATHE.

De la biosurveillance participative de la qualité de l’air 

About air quality participatory biomonitoring device

Lionel Scotto d’Apollonia – Enseignant et chercheur – GDR PARCS – LIRDEF Université de Montpellier

Davia Dosias-Perla – Ingénieur d’étude CNRS UMR ARTDev Université Paul Valery Montpellier

Pierre Camps – DR CNRS – UMR Géosciences – Université de Montpellier

Thierry Poidras – Ingénieur de recherche CNRS  – UMR Géosciences  – Université de Montpellier

 

Résumé

Après avoir dresser un état des lieux des évolutions de la Recherche Action Participative (RAP) et des Sciences Citoyennes (SC), cet article présente un dispositif innovant nommé Artivistes-atelier (AA) visant à accompagner les politiques publiques sur la qualité de l’air en intégrant le citoyen dans la boucle décisionnelle prenant en compte le champ de contraintes sociales et environnementales y compris les épineux aspects métrologiques. Il détaille comment le dispositif (AA) s’intègre et se développe dans deux projets de recherche complémentaire (Air Climat Santé Société & Art et BREATHE) sur la qualité de l’air pour apporter des réponses concrètes à des problèmes complexes dans un esprit résolument pragmatique, critique et réflexif.

 

Abstract

After drawing an inventory of developments in Participatory Action Research (RAP) and Citizen Sciences (SC), this article presents an innovative device called Artivistes-atelier (AA) aimed to help public policies on the air quality including citizens in decision-making by considering social environmental constraints which include the thorny metrological aspects. The article gets through how the device (AA) is integrated and developed in two complementary research projects (Air Climate Health Society & Art and BREATHE) on air quality up to provide concrete answers to complex problems with a pragmatic critical and reflexive approach.

Intro 

            En 2015, la ville chinoise de Xian s’est dotée d’un spectaculaire purificateur d’air de 60 mètres de haut pour lutter contre la pollution atmosphérique. Préoccupation mondiale, la pollution atmosphérique génère des contestations citoyennes en France tout autant que dans l’ancien Empire céleste, signe d’une évolution de la mobilisation d’une partie de la société dite civile. Fin 2017, l’Agence européenne de l’environnement ouvrait un site Internet afin que chaque citoyen puisse s’informer de la qualité de l’air chez lui. L’indice européen de la qualité de l’air se base sur cinq sources de polluant, l’ozone O3, le dioxyde de souffre SO2, le dioxyde d’azote NO2, et les particules fines en suspension (PM 2.5 et PM 10) néfastes pour la santé. Les PM 2.5 et 10, de l’anglais Particulate Matter désignent les particules dont le diamètre aérodynamique est inférieur respectivement à 2,5 et 10 µm. Les revendications citoyennes visent à inciter les pouvoirs publics à mettre en place des mesures pour diminuer la concentration de ces polluants. Cependant les logiques de mobilisations citoyennes répondent à des schémas complexes en tension entre la préservation d’un bien commun et la protection d’intérêts privés, caractérisés par l’expression « not in my backyard » (NIMBY) (« pas dans mon jardin »). Dans ce contexte, prendre des décisions pour améliorer la qualité de l’air s’avère une tâche ardue. Cela nécessite d’intégrer des facteurs sociotechniques sur des échelles de temps et d’espaces difficilement conciliables avec la singularité des contestations sociales s’accompagnant, qui plus est, d’une métrologie citoyenne controversée ne répondant pas aux normes métrologiques en vigueur. La qualité de l’air extérieur est ainsi devenue un enjeu social de santé publique majeur encore trop souvent média-centrée sur les pics de pollution au détriment de la prise en compte sur le long terme de composés dont la toxicité est démontrée. Ainsi en 2016, la législation française a renforcé le rôle des intercommunalités et leur demande d’agir avec les citoyens via des actions multi partenariales. Symbole de ces évolutions, la législation intègre désormais le « A » des enjeux sur l’Air dans le nouveau Plan Climat Air Energie Territorial, plus connu sous l’acronyme PCAET (anciennement PCET). Or sur le plan juridique et technique, la mise en application des lois se heurte à une double problématique. D’une part les différentes lois et plans d’actions perpétuent une sectorialisation dissociant les enjeux de santé, d’air, de climat et de société. D’autre part, les agents des services publics responsables de la mise en œuvre et les metteurs en œuvre (collectivités territoriales, entreprises du territoire, secteur socio professionnel en lien avec l’action publique) peinent à trouver de la cohérence et une véritable efficacité toutes deux engluées dans ce qu’il est commun d’appeler le « mille-feuille institutionnel ». Force est de constater qu’il persiste un déficit massif d’implication des populations dans l’ensemble des dispositifs « qualité de l’air » et ce en dépit de la constance des mobilisations focalisées répondant majoritairement à l’expression d’intérêts locaux (NIMBY).

NIMBY - Definition, Reasons and Practical Example
cR2DIT NIMBY – Definition, Reasons and Practical Example

Cet article présente un dispositif innovant nommé Artivistes-atelier visant à accompagner les politiques publiques en l’occurrence sur la qualité l’air en intégrant le citoyen dans la boucle décisionnelle prenant en compte le champ des contraintes sociales, environnementales et les épineux aspects métrologiques. Il détaille comment a été conçu le dispositif Artivistes-atelier porté par une structure associative hybride du même nom pour apporter des réponses concrètes à des problèmes complexes dans un esprit résolument pragmatique, critique et réflexif. Le dispositif Artivistes-atelier mobilise les outils de la Recherche Action Participative (RAP) et des Sciences Citoyennes (SC), c’est-à-dire qu’il s’agit à la fois de déployer une ingénierie de la participation sur les questions socioenvironnementale pour impliquer les citoyens et plus largement l’ensemble des acteurs (élus et agents territoriaux des collectivités, agences et services de l’État : Agence du Développement de l’Environnement et de la Maitrise de l’Énergie -ADEME-, Direction Régionale de l’Environnement, de l’ Aménagement et du Logement -DREAL-, Agence Régionale de Santé -ARS-, ATMO-OCCITANIE, grands aménageurs et constructeurs, associations) dans les processus décisionnels tout en développant une loupe analytique. Il permet d’une part d’analyser les problèmes structurels du mille-feuille institutionnel et d’autre part ses propres limites quant à la portée de son action. Il agit comme un marqueur pertinent de la fabrique (supposée) participative des politiques publiques sur l’air et les capacités d’autonomisation et d’action des citoyens mobilisés par une cause (empowerment citoyen).

Les premiers résultats tendent à prouver la pertinence du dispositif Artivistes-atelier quant à sa capacité à apporter des réponses concrètes à la fois sur le plan de la Recherche, de l’Action et de la Participation. La pertinence du dispositif tient dans sa capacité à intégrer et analyser ses propres limites et les problèmes soulevés qu’il s’agit d’identifier. Cette ingénierie critique et réflexive permet de faire évoluer le design, désignant l’ensemble du modus operandi. Ce travail demande à la fois des compétences personnelles dans la gestion des tensions éthiques, politiques et affectives générées et un outillage analytique sans cesse remis en question par les logiques du terrain. En effet, le champ lexical faisant référence aux termes techniques d’ingénierie de la participation n’est pas le gage d’un meilleur processus démocratique et par voie de conséquences d’une meilleure efficacité des politiques publiques. En ce sens le dispositif prévoit la co-construction d’indicateurs d’efficacité des politiques publiques.

crédit photo Scotto
crédit photo Scotto

Dans une première partie, cet article fait un point sur la Recherche Action Participative (RAP) et les Sciences Citoyennes (SC) et l’ingénierie environnementale, et décrit dans une deuxième partie les spécificités du dispositif Artivistes-atelier. La troisième partie permet de détailler l’élaboration du dispositif Artivistes-atelier sur le thème de qualité de l’air et les premiers résultats d’une recherche en cours dans le cadre d’un projet Air Climat Santé Société & Art sur le territoire de l’agglomération du Pays de l’Or en Occitanie, financé par l’ADEME (AACT-AIR[1]) et co-porté par l’UMR ART Dev et Artivistes-atelier. La quatrième partie, décrit comment le dispositif Artivistes-atelier vient s’insérer dans un projet en phase exploratoire de Sciences Citoyennes piloté par l’UMR Géosciences Montpellier visant à développer une bio-métrologie innovante avec l’objectif de construire des cartographies des dépôts des particules fines sur les végétaux et de leur origine à l’aide d’une analyse couplée de leurs propriétés magnétiques avec leur signature de géochimie isotopique. En retour ces cartographies permettant d’objectiver plus finement la pollution atmosphérique visent à alimenter les processus décisionnels à différents niveaux d’échelles et permettent de concevoir des outils d’aide à la décision pertinents et améliorer in fine les processus démocratiques.

1      Focus sur la place des Sciences Citoyennes et de la Recherche Action Participative et dans l’ingénierie environnementale.

Cette première partie dresse une courte synthèse de l’état des lieux de la Recherche Action Participative (RAP), des Sciences Citoyennes (SC) et des implications dans ce qu’il est possible d’appeler l’ingénierie environnementale. La grande hétérogénéité des pratiques de la RAP et des SC rend périlleux l’exercice d’une synthèse exhaustive mais elle vise à clarifier les différences fondamentales entre la RAP et les SC sans chercher à enfermer de façon trop arbitraire ces termes, sachant que le champ lexical est loin d’être stabilisé et qu’il est possible de parler tout autant de sciences participatives intégrant à la fois la RAP et les SC. L’article s’appuie fortement sur l’approche développée par le Groupe de Recherche (GDR) PARCS (Participatory Action Research and Citizen Sciences) en recherche action participative et sciences citoyennes. Les objectifs du GDR PARCS sont entre autre  (i) de développer d’autres approches de recherche intégrant les savoirs citoyens (ii) d’améliorer les pratiques de recherche, de participation, de sensibilisation, (iii) d’améliorer les bénéfices réciproques chercheurs/citoyens, (iv) d’analyser comment mieux répondre à la demande sociale, (v) de mieux intégrer les citoyens et la société en amont et en aval des projets de recherche, et (vi) de faire des citoyens des relais pour l’éducation à la démarche scientifique [1].

1.1     Que sont les Sciences Citoyennes et la Recherche Action Participative ?

Le COMETS, c’est-à-dire le comité d’éthique du CNRS, a rendu le 25 juin 2015 un avis intitulé les « sciences citoyennes » [2] considérant qu’il existe une urgence à construire une relation de confiance entre les citoyens et les scientifiques. Ce document définit ainsi les SC comme des « sciences auxquelles contribuent des citoyens amateurs à côté des professionnels de la recherche » [2]. Les SC sont ainsi considérées comme « les sciences ayant des vertus citoyennes, au service de la société dans leur organisation et leur fonctionnement » [2]. Si les pratiques des sciences amateurs remontent au siècle des Lumières, les SC se sont développées après-guerre avec l’observation citoyenne des espèces d’oiseaux. Le terme SC est communément attribué à Alan Irwin [3] sur la base d’expériences individuelles d’un grand nombre de personnes sur les questions environnementales et fait aussi référence à la participation du grand public à la recherche [4]. Le terme SC de nos jours recouvre un ensemble de pratiques hétérogènes ayant comme dénominateur commun une implication citoyenne dans des démarches scientifiques historiquement situées  dans les secteurs de la botanique, de l’ornithologie, de l’astronomie et de la météorologie avec en toile de fond le couple biodiversité-climat. Afin d’illustrer le propos, l’article présente à grand traits deux programmes de SC « Cybelle Méditerranée » [5] et « Observatoire des Saisons » [6]. Le premier est porté par l’association Cybelle Planète, le second initié au sein de la recherche et dont la responsabilité, assurée par une chercheure du CNRS Isabelle Chuine est porté par une structure hybride recherche-association. La présence de structures associatives dans les deux cas témoigne de cette volonté de faire le lien entre les sciences et la société. Le programme « Cybelle Méditerranée » permet aux usagers de la mer, amateurs ou professionnels, de s’engager concrètement pour la préservation de la faune marine. Le programme a pour vocation de créer une communauté engagée, proposer des protocoles d’observation adaptés, construire un catalogue de photo-identification des cétacés, organiser des expéditions en mer pour collecter des données expertes, et valoriser les données citoyennes. Le programme « Observatoire des saisons » quant à lui propose aux citoyens naturalistes ou non, d’aider la communauté scientifique à récolter des données sur les rythmes saisonniers de la flore et de la faune pour comprendre l’impact du changement climatique sur les écosystèmes.

La RAP se distingue des SC dans le sens où elle recouvre un domaine plus large que les objets de sciences décrits précédemment et peut à la fois s’appliquer à des problèmes psycho-sociaux dans des entreprises, des techniques de management, de questions éthiques, etc. La RAP peut être considérée comme la conjonction de deux courants, celui de la Recherche Action (RA) inspiré du pragmatisme de John Dewey, Charles Sanders Pierce et William James et de la Recherche Participative (RP) historiquement développée auprès des populations marginalisés ou fragilisés. Il n’existe pas véritablement de cadre théorique commun de référence inhérent à la RAP. Toutefois, le dénominateur commun repose sur un ancrage dans l’approche systémique en référence à la complexité comme le décrit par exemple d’Edgar Morin [7]. Elle se définie avant tout par ses pratiques. Malgré le fait qu’elle s’inscrive systématiquement dans les critères définissant la démarche scientifique, il n’existe pas encore à l’heure actuelle un paradigmatique RAP stabilisé. La RAP vise à apporter des réponses à un problème posé à un groupe d’acteurs dans le but de favoriser l’Action par la Participation tout en développant de façon collaborative une analyse scientifique. C’est pourquoi malgré une grande hétérogénéité d’acteurs et de pratiques, toute démarche doit intégrer le R de Recherche. Insistant sur les aspects fondamentaux définissant les critères de scientificité, un des plus éminents spécialistes Jacques Chevalier [8 ; 9 ;10], compare la RAP au Jazz, pour en jouer il faut bien connaitre les règles, maîtriser son rythme, son arithmétique. Cette métaphore traduit à merveille, l’exigence de codification et de normalisation de la démarche tout en laissant une très grande liberté d’action. Cherchant à favoriser l’exercice de la démocratie dans une visée clairement normative, la RAP accompagne un dessein politique. Or l’exercice de la démocratie s’effectue dans l’expression de la pluralité des opinions et en ce sens dans une certaine forme de conflictualité sociale. En ce sens, la dimension réflexive est une des spécificités de la RAP, le chercheur devant s’interroger sur sa posture au regard de son propre système de normes et de valeurs.

crédit photo Scotto
crédit photo Scotto

La différence fondamentale entre la RAP et une démarche scientifique classique tient à la construction du protocole de recherche qui part de l’expérience vécue par les acteurs en établissant un diagnostic partagé. Dans l’esprit d’une recherche de l’action située, l’action et son contexte sont pris en compte simultanément. En ce sens, le protocole établi ne cherche pas coute que coute à être reproductible. La posture consiste à aplanir les rapports hiérarchiques entre chercheurs et participants. Cette posture ne va pas sans poser des problèmes quant à la collecte et l’analyse des données et fait l’objet d’un questionnement réflexif. Cette difficulté est appréhendée de façon critique et réflexive par l’interrogation systématique des liens entre la recherche, l’action et la participation. Ainsi il est possible de développer la réflexion sur trois plans inter-reliés : (1) axiologique (qu’est-ce qui compte le plus de l’action, la participation ou la recherche ?), (2) épistémologique (quelle est la pertinence et la légitimité de ce qui est produit pour la recherche, la société et l’individu qui participe ?) et méthodologique (quelles sont les outils les mieux adaptés à ces approches ?) et (3) psychosociologiques (participation des citoyens aux prises de décision ou participation des scientifiques aux débats publics ?). Pour les chercheurs souhaitant utiliser ce type d’approche, le risque est grand de s’empêtrer dans ces débats. Pour faire avancer leurs programmes, ils doivent être capable de mobiliser le plus grand nombre de participants tout en respectant les positions de chacun [11]. Pratiquer la RAP revient à articuler la pratique et la réflexion autour des trois CO : CO-construction de savoir – CO-engagement pour l’action – CO-opération avec les acteurs. Des études ont permis de construire des typologies en fonction de l’importance de chaque composante [12; 13]. Les méthodes de RAP permettent ainsi de planifier des processus de recherche basés autant sur le dialogue que sur l’analyse de données et qui tentent de répondre à des questions que les gens se posent réellement au bon moment et avec les bons outils.

[1] AACT AIR : appel à projet national ADEME en recherche et développement visant l’Aide à l’Action des Collectivités Territoriales sur l’AIR.

De la biosurveillance participative de la qualité de l'air à la décision politique

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search