La TERRE Au Carré: Pollution aux particules fines et ultrafines

EMISSION LA TERRE AU CARRE Lundi 14 décembre 2020

Retrouvez un article de l’excellente émission La Terre au Carré de  Mathieu Vidard

Merci Radio France pour la qualité de vos émissions.

RELAIS D’UN ARTICLE PUBLIE DANS NATURE

Cette émission fait suite à un article publié dans Nature notamment par des chercheurs de l’IRD, du CNRS et de l’UGA qui ont participé à une étude européenne sur les sources de particules fines nocives pour la santé, coordonnée par l’Institut Paul Scherrer (PSI, Suisse).

Comme le relate le site de l’IRD :

“Leurs résultats, publiés dans la revue Nature le 18 novembre 2020, révèlent le caractère nocif des particules fines dans l’atmosphère à travers leur potentiel oxydant. Ils suggèrent que cet indicateur devrait être pris en compte à l’avenir dans les mesures de régulation de la qualité de l’air, pour la santé des populations dans le monde.  

La pollution atmosphérique est responsable de plusieurs millions de décès prématurés chaque année dans le monde et constitue l’un des cinq facteurs de risque sanitaire majeurs, aux côtés de l’hypertension artérielle, du tabagisme, du diabète et de l’obésité. Pour lutter contre ce phénomène, des mesures visant à restreindre les émissions sont prises au-delà d’un certain seuil de concentration massique de particules fines présentes dans l’air. Afin de compléter ces mesures de régulation quantitatives, les scientifiques cherchent à comprendre ce qui rend les particules atmosphériques si dangereuses. 

Un stress oxydatif qui intensifie la réaction inflammatoire

Un risque sanitaire accru dans les métropoles européennes 

Les aérosols d’origine humaine plus oxydants 

POLLUTION AUX PARTICULES FINES ET ULTRAFINES

crédit photo SCOTTO

La pollution aux particules fines © Getty / Alexandros Maragos

Retrouvez l’émission présentée par Mathieu Vidard

https://www.franceinter.fr/emissions/la-terre-au-carre/la-terre-au-carre-14-decembre-2020

avec Karine Léger ingénieure en environnement et directrice générale d’Airparif

et Gaëlle Uzu , biogéochimiste de l’atmosphère à l’IRD, et affecté à l’Institut des géosciences de l’environnement à Grenoble. Elle est co-auteure de l’étude européenne sur les sources de particules fines nocives pour la santé, coordonnée par l’Institut Paul Scherrer (PSI, Suisse). Leurs résultats, ont été publiés dans la revue Nature le 18 novembre 2020 .”


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.