BACK TO FESTIV’AIR 9 oct. 2021 LUNEL VIEL

FESTIV’AIR: FESTIVAL CITOYEN DEDIE A LA QUALITE DE L’AIR

Festiv’air est le fruit d’une collaboration entre plusieurs associations (Melgueil Environnement, Vélo Pays de l’Or, La Grande Motte Environnement, Lunel Viel Veut Vivre, et Artivistes atelier en collaboration avec la chaire UNESCO Complexité Edgar Morin dans le cadre du projet BREATHE. L’objectif était de créer un évènement festif, joyeux et fraternel lors de la campagne de collecte des feuilles de chênes blancs. Ce festival constitue une occasion pour échanger de manière informelle lors de la cueillette et au cours de la conférence avec les chercheurs du projet BREATHE, de l’Université Montpellier au premier rang desquels, Pierre Camps, le responsable du projet et Lionel Scotto d’Apollonia le coordinateur.

Mesurer la qualité de l’air est une tâche particulièrement complexe. La journée de Festiv’air financée par le projet BREATHE vise plus précisément à proposer un espace d’échange pour démocratiser les enjeux métrologiques (mesures) et d’actions en faveur de la qualité de l’air. L’objectif de la collecte matinale proposée est de développer avec les citoyens une métrologie haute résolution des particules fines dans un périmètre de 5 km autour de l’usine de valorisation des déchets OCREAL sources de nombreuses questions, contestations et préoccupations citoyennes. Les feuilles, en tant que biocapteurs, permettront de mesurer la concentration de particules fines.

 

UN SOLEIL RADIEUX POUR UNE BELLE JOURNEE FESTIVE ET PARTICIPATIVE

Sous un soleil radieux, le Festiv’air a été une très belle réussite malgré une organisation menée en un temps record (15 jours !). Prêtée par la mairie de Lunel-Viel, l’équipe d’ARTIVISTES, les différentes associations partenaires ont investi la salle Roux pour accueillir citoyennes et citoyens. Ces derniers ont été conviés à 10h du matin pour réaliser une collecte participative de feuilles de chêne blanc.

Objectif : produire une donnée transparente avec et pour les citoyens qui participent de la cueillette à la mesure.

Deux groupes, un à pied mené par Pierre Camps accompagné de Margaux Lefèvre, l’autre à vélo mené par Davia Dosias Perla et Lionel Scotto d’Apollonia ont été constitués pour la collecte. Lors de la balade, les citoyennes et citoyens ont pu échanger avec les chercheurs sur le protocole de collecte et des enjeux autour de la mesure de la qualité de l’air. Ces moments précieux ont considérablement ralenti la collecte qui a été finalisée le lendemain afin d’avoir une collecte synchrone. Voici ci-après une petite série de photos remémorant cette collecte.

 

La collecte terminée toujours sous un soleil d’automne particulièrement agréable, les deux groupes ont rejoint vers 12h30 la place du 14 juillet. Un verre de l’amitié a été bu au Bistrot de la place associé à l’évènement. A l’occasion de la balance avant le concert, quelques premières notes colorées et chaloupées de musiques ont rempli la place communale par le groupe TIPA TIPA.

LA MUSIQUE ENSOLEILLEE DE TIPA TIPA

Après un piquenique tiré du sac, le groupe TIPA TIPA a commencé un concert tout en volupté et chaleur. Un dance floor improvisé à même le trottoir s’est créé au gré des déhanchés. Mettre la culture, la musique, les valeurs de fraternités et de partage est au cœur du projet BREATHE : l’objectif a été pleinement atteint. Le projet BREATHE tend à créer des espaces de démocratisation des enjeux liés à la qualité de l’air de façon positive, ludique, culturelle et artistique afin d’analyser la portée des changements opérés sur l’ensemble des acteurs, à la fois les élus, ceux du SMEPE et en premier lieu son président et ses services, les citoyens quels que soient leurs opinions et les chercheurs eux-mêmes dans une approche critique et réflexive.

DU STREET ART COMME VECTEUR DE DEMOCRATISATION DES ENJEUX LIES A LA QUALITE DE L’AIR 

Mara et No luck, deux street-artistes montpellierains on the place comme on dit, ont collaboré ensemble lors de cette journée sur une œuvre ayant comme support des cubes de bois. Cette œuvre à taille humaine a permis de faire passer des messages et d’échanger sur cet art avec les citoyens et citoyennes. En parallèle, No luck a designé un cube afin d’accueillir un micro-capteur de particules fines. L’objectif d’esthétiser ce micro capteur est de permettre de créer des espaces d’échanges avec les personnes afin de permettre d’aborder la complexité de la mesure. Les micro capteurs low cost sont très peu fiables et produisent une mesure dont la margeur d’erreur est parfois équivalente à la mesure elle-même. Deux micro capteurs identiques au même endroit au même moment produisent des mesures différentes pouvant aller jusqu’à quatre fois la valeur ! Pourtant très en vogue par exemple dans le monde des cyclistes ces micro capteurs posent des problèmes de mesure que le projet tend à analyser et démocratiser. Autrement dit, vouloir mesurer la qualité de l’air avec un micro capteur c’est comme demander à sa grenouille quelle est la température ambiante.

Le séminaire réunissant des pointures dans le domaine de la mesure de la qualité de l’air le sept octobre 2021, soit deux jours avant, ont abordé ces questions de recherche. Il n’existe pas de mesure absolue ! Toute mesure effectuée étant une mesure relative en comparaison d’autres points de mesures. Ce simple élément rend la mesure de la qualité de l’air, une tache bien complexe.

Il existe un profond paradoxe à résoudre que nous mettons sur la place publique au sens propre et au sens figuré : le besoin de mesurer la qualité de l’air face un problème sanitaire majeur n’est pour l’instant pas combler par le marché florissant des micro capteurs !

L’effet du boitier designé par No Luck a été immédiat. Une semaine après le 16 octobre, Le président de la Montpellier Méditerranée Métropole, lors du Festival SEVE organisé par le service Biodiversité de la ville de Montpellier a été attiré par le boitier. Les échanges qui ont suivi l’ont particulière déstabilisé, il est revenu à plusieurs fois sur la mesure particulièrement surpris et interloqué par les erreurs liées aux mesures.

LA PAROLE DES CHERCHEURS AU COEUR DE LA PLACE PUBLIQUE 

Max Weber exhortait les chercheurs à descendre dans l’arène, dans l’espace public afin de se confronter aux réalités territoriales. Voilà l’exercice auquel se sont livrés les deux chercheurs Lionel Scotto d’Apollonia et Davia Dosias Perla sur le trottoir micro en main. Après une rapide présentation du projet, de ses différents terrains d’études et des objectifs scientifiques, ils ont répondu sans filet à de nombreuses questions.

 

LE PROTOCOLE AUTOUR DU CHENE BLANC :

 Le choix de l’arbre et du parcours

Le choix de l’essence du chêne blanc (Quercus pubescens)pour la cueillette et son parcours a été choisi par les chercheurs et notamment Pierre Camps en raison de l’homogénéité de sa couverture et du fait que sa feuille soit caduque. En ce sens, il est possible de maitriser le temps d’exposition à la pollution atmosphérique, la feuille jouant le rôle de filtre passif. La cartographie a été coconstruite durant l’année 2021 par des chercheurs du projet BREATHE et des citoyennes et citoyens volontaires, les contraintes sanitaires imposant de passer par les réseaux sociaux : exercice à contre-emploi des sciences participatives.

Une cinquantaine d’arbres a donc été cartographiée ainsi que le tracé du parcours de l’échantillonnage autour d’OCREAL. L’ensemble de ce qui a été cartographié comprend les communes de Lunel, Lunel-Viel, Saint-Just, Saint-Nazaire-de-Pézan, Lansargues, Mudaison, Valergues, Saint-Brès et Saint-Geniès-des-Mourgues.

L’échantillonnage, la préparation des échantillons

Devant chaque arbre balisé, l’échantillonneur doit se positionner devant des branches à hauteur de visage. Ensuite, à l’aide d’une paire de ciseaux, 9 feuilles sont à prélever aléatoirement et constituent ainsi un échantillon. Pour faciliter la mesure de la surface des feuilles a posteriori, il est recommandé de couper à la base de la feuille sans prélever le pétiole (partie du végétal qui rattache la feuille à la branche). L’ensemble des échantillons a été centralisé au laboratoire géoscience de Montpellier et pris en charge par le chercheur Pierre Camps.

Ouvrir les portes des laboratoires : une métrologie citoyenne

Le lundi 11 octobre 2021, une partie de l’équipe Artivistes et une citoyenne ont rejoint à 13h30 le laboratoire de Géoscience de l’université de Montpellier pour participer au traitement des feuilles échantillonnées.

Dans un premier temps, le traitement des échantillons consiste à fixer les particules fines déposées présentes sur les feuilles de chêne à l’aide d’une solution aqueuse. Ceci est nécessaire pour éviter la perte des particules fines lors des manipulations. Après cette étape, chaque échantillon est passé sous un scanner manuel pour mesurer la surface des feuilles. Ces mesures de surfaces foliaires serviront aux calculs de l’analyse.

Dans un second temps, les échantillons ont subi un traitement magnétique à l’aide d’un aimanteur spécialisé afin de « figer » l’aimantation naturelle des polluants pour éviter d’avoir des mesures erronées.

Enfin, la mesure la mesure du signal magnétique des particules fines a été réalisée à partir d’un appareil de mesure du magnétisme spécialisé et conditionné dans une salle l’isolant de la majorité des champs magnétiques parasites. La circulation de l’Hélium liquide permet de faire descendre la température de cet appareil de l’ordre de quelque Kelvin, c’est-à-dire proche du zéro absolu. Ainsi les matériaux introduits deviennent supra conducteur. Cet élément, unique au monde car réalisé par l’équipe de Pierre Camps, permet d’obtenir une sensibilité de mesure importante. Ainsi, nous avons obtenu la concentration en particules fines de chaque échantillon.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.