BREATHE dans le cadre du festival Aux Arbres Citoyens 15-17 oct. 2021

BREATHE invité de la 4e édition du Festival S.E.V.E. : du 15 au 17 octobre 2021

Voir la présentation de Stéphane Jouault adjoint au maire de Montpellier, délégué à la nature et à la biodiversité.

La 4ème édition du festival S.E.V.E est organisée en plein centre de Montpellier les vendredi 15, samedi 16 et dimanche 17 octobre 2021, de 10h à 19h, sur l’Esplanade Charles-de-Gaulle, par la Ville de Montpellier, avec la participation de l’association Horti.FM et de tous les métiers de l’horticulture, du jardin et du paysage.

4e édition du Festival SEVE : du 15 au 17 octobre 2021Voir l'image en grand

L’EXCELLENCE DE LA RECHERCHE AU COEUR DE L’ESPACE PUBLIC 

L’équipe de recherche BREATHE en partenariat avec la DREAL dans le cadre de la semaine dédiée à la qualité de l’air était invitée du  festival qui rassemble différents acteurs: pépiniéristes, concepteurs paysagistes, entrepreneurs du paysage, mais aussi jardiniers de la Ville, établissements d’enseignement et associations.

Le festival S.E.V.E a pour but de sensibiliser les visiteurs au monde végétal et de donner envie de jardiner dans le respect de l’environnement et de la biodiversité.

LE THÈME : L’ARBRE

Pour cette nouvelle formule, la thématique du festival est l’Arbre.

A noter que “L’arbre à Palabres climatiques”   après avoir été magistralement présenté lors de la COP21 était aussi parti prenante du festival (sans mention de référence).

L’arbre et plus précisément ses feuilles servent de bioindicateurs par leur capacité à filtrer les particules fines sur leur surface foliaire. Le thème de l’arbre était donc particulièrement pertinent et à propos pour présenter aux passantes et passants, enfants, petits et grands le projet BREATHE.

DU STREET ART & UN DISPOSITIF EXPLORATOIRE DE DESIGN PARTICIPATIF DES LICENCES 3 DNMADE CHAMPOLLION

Un groupe d’étudiants en LICENCE 3 de Design et Espace élèves de Lionel Scotto d’Apollonia sont venus tester un dispositif exploratoire visant à rendre visible l’invisible. L’objectif faire prendre conscience de la matérialité de l’air et apporter des éléments d’information sur les polluants atmosphériques, le CO2 étant encore présenté, à tort, comme un polluant atmosphérique.

Une collaboration fructueuse avec nos deux street artistes de la place No Luck et Mara qui ont réalisé une fresque participative. Ils ont longuement échangé avec les enfants sur leur métier et la signification de l’œuvre qu’ils étaient en train de réaliser.

No Luck a designé un superbe boitier Micro Capteur qui n’a pas manqué de susciter de nombreuses interrogations, objet médiateur permettant de nouer le dialogue avec les très nombreux passants. Le boitier a été mis symboliquement sur les trois Grâces sur la place de la Comédie afin de tracer un trait d’union entre le festival SEVE et le cœur de la vie à Montpellier.

UNE RENCONTRE AVEC MICHAEL DELAFOSSE TRES CONSTRUCTIVE

 

Cela commence comme un poème. Prenez deux micros capteurs de la qualité de l’air et positionnez l’un à côté de l’autre. Voilà une expérience simple comme bonjour, accessible et compréhensible de tous.

Résultats pour les particules fines relavant de la réglementation (pour info les plus fines, dites ultra fines, PM1 et PM 0,1 ne font l’objet d’aucune réglementation pourtant ce sont celles ayant l’impact le plus important sur notre santé).

Capteurs Gauche  Droite
Concentration PM 2.5

(microgramme par m3)

24 10
Concentration PM 10

(microgramme par m3) 

43 12

L’expérience est sans appel, une erreur du simple au double dans le premier cas et une erreur du simple au quadruple pour le second.

Si l’on change de grandeur physique et que l’on ramène la comparaison à des températures, inutile de vous dire que si la température est de 24°C elle n’est pas de 10°C et encore moins si la température est de 43°C elle n’est pas de 12°C !!!!!

Michael Delafosse a été particulièrement attentif et très surpris d’une telle marge d’erreur de la part des micro capteurs. La ville s’engageant dans des politiques visant à améliorer la qualité de l’air, il est important de savoir précisément qu’est ce que l’on respire réellement.

Nous avons pu ainsi passer un long temps d’échange avec Monsieur le Maire et Président de M3M, comme avec les citoyens pour leur expliquer qu’en fait un micro capteur comptaient les particules et qu’en raison de la forme très variables, ces derniers n’étaient pas en mesure de compter les particules correctement.

C’est tout l’intérêt du projet BREATHE de se pencher sur la complexité des mesures avec des micros capteurs et de compléter avec une mesure non conventionnelle à partir des feuilles des arbres.  (Voir notre séminaire du 7 oct. dédié à la complexité des mesures physiques et politiques).

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.