Tous les articles par Lionel Scotto d'Apollonia

MOBILISATION CITOYENNE PCAET RHONY VISTRE VIDOURLE 14 MAI 2022 VERGEZE

SAVE THE DATE 14 MAI 2022 VERGEZE

Dans le cadre du projet de recherche BREATHE financé par l’ANR, le laboratoire citoyen Artivistes a signé une convention avec la communauté de communes Rhony Vistre Vidourle pour les accompagner dans la coconstruction de leur futur PCAET.

JOURNEE MOBILISATION CITOYENNE LE MATIN SUR LE MARCHE

Tous ensemble pour le climat. Nous vous invitons à nous rejoindre autour de notre stand Artivistes sur le marché de Vergèze.

Dans une ambiance festive et collaborative, nous proposons  de nombreuses animations: création originale de Street Art avec Mara, déambulation poétique et magique avec les marionnettes des Géants du Sud, un concert intimiste avec Tipa Tipa.

L’occasion de créer un véritable espace de démocratisation des enjeux climatiques et plus largement socio environnementaux. Venez échanger, questionner, proposer, engager…. Vous avez la parole et surtout les moyens d’agir.

L’objectif est d’identifier les attentes et les besoins des habitants et des usagers de l’ensemble des communes de la communauté de communes Rhony Vistre Vidourle.

ATELIER PARTICIPATIF 17H ESPACE REPUBLIQUE VERGEZE

Venez nombreux.

Pour les parents un espace créatif dédié aux enfants sera proposé afin que vous puissiez pleinement participer en toute tranquillité à l’atelier participatif.

Le design de l’atelier se fera en fonction des premiers échanges recueillis sur le marché le matin  et en amont grâce à la rencontre d’un grand nombre d’acteurs du territoire.

Il s’appuiera sur l’ingénierie de la participation Artivistes Atelier, outil unique et innovant permettant une véritable co-construction du futur Plan Climat Air Energie Territorial et les outils de pilotage et de suivi.

 

UN SITE NATIONAL DE SURVEILLANCE DE LA QUALITE DE L’AIR GEODAIR

LA METEO DE LA QUALITE DE L’AIR 

Désormais à l’agenda politique avec la mise en oeuvre des Zones à Faibles Emission dans les principales Métropoles à l’échelle nationale, il est possible de suivre par exemple sur les grandes chaines d’information la “météo de la qualité de l’air”.

Cependant la construction de cette “météo” représente une boite noire. Ouvrons donc cette boite noire pour savoir comment sont construites ses cartes et sur la base de quelles mesures.

LES MODELES

Comme le présente AirParif un “modèle est un outil complémentaire à la mesure et aux inventaires d’émissions de polluants. Il permet d’estimer les concentrations de divers polluants en tout point d’un domaine géographique donné, pour des périodes passées, présentes ou futures”.

Ces modèles permettent de construire les cartes et d’apporter les informations aux citoyens sur la qualité de l’air qu’ils respirent et proposer des prévisions qui peuvent faire l’objet d’une anticipation des pics de pollution.

GEOD’AIR: un observatoire de la qualité de l’air

Geod’air (GEstion des données d’Observation de la qualité de l’AIR) est la base de données de référence sur la qualité de l’air en France. Gérée et mise en œuvre par l’Ineris au titre du Laboratoire central de surveillance de la qualité de l’air (LCSQA), selon les dispositions de l’arrêté du 16 avril 2021 relatif au dispositif national de surveillance de la qualité de l’air ambiant, l’application Geod’air:

  • centralise les données de mesure des polluants réglementés et des polluants d’intérêt national produites dans chaque région administrative de métropole et d’outre-mer par les Associations agréées de surveillance de la qualité de l’air (AASQA) ;
  • élabore les statistiques horaires, journalières, saisonnières et annuelles sur les niveaux de concentration dans l’air ambiant selon les règles définies au niveau européen.

Schéma de fonctionnement de Geod'air

Schéma général de fonctionnement de Geod’air

A L’ECHELLE DES TERRITOIRES MONTPELLIERAINS

A l’échelle de Montpellier il existe 3 stations urbaines et 3 stations périurbaines qui ne mesurent pas toutes les mêmes polluants.

En cliquant sur la carte ci dessus vous pouvez accéder aux informations.

LES ENJEUX DE L’URBANISME PARTICIPATIF 10 JANVIER 2022

CONFERENCE TABLE RONDE

Lionel Scotto d’Apollonia directeur scientifique du laboratoire Artivistes Atelier a été invité à participer à la table ronde organisée  à l’espace DoTank à Montpellier le mardi 11 janvier 2022 de 18h à 21h.
Il s’agit d’ouvrir un espace de réflexion autour de différentes expérimentations développant des approches innovantes de la participation citoyenne.

LE PROJET BREATHE EN DEBAT

Ce sera l’occasion de discuter du projet BREATHE et d’un de ses terrains d’étude: quartier Arceaux Montpellier. Les enjeux d’implication des citoyens dans les projets d’aménagement de leurs lieux de vie ou de travail représentent un défi et nécessitent une ingénierie participative développée.
Cette table ronde colle parfaitement avec l’actualité du projet BREATHE qui organise un atelier de coécriture d’un article scientifique le 17 janvier 2022 à 17H au CAUE 19 rue Saint Louis à Montpellier.

FAVORISER LE DIALOGUE CHERCHEURS-ACTEURS: CITOYENS ELUS AGENTS DE SERVICE

Des spécialistes de l’urbanisme participatif autour de la table:
• Nezha Hamdi Alaoui de l’Association Esprit Libre ;
• Lionel Scotto D’apollonia du laboratoire citoyen Les Artivistes
Pour finir un apéro-rencontre sera proposé aux participant.e.s afin de faciliter les mises en relation et fédérer un réseau d’acteurs locaux.

➡️ Événement Facebook : https://fb.me/e/21LnJZ62i

Cet événement est rendu possible grâce au soutien de l’Office franco-québécois pour la jeunesse (OFQJ) en France et à l’accueil de DoTank !

ARTICLE MIDI LIBRE DANS LE CADRE DE L’ATELIER DE COECRITURE ARTICLE SCIENTIFIQUE

ARTICLE MIDI LIBRE

Merci à Jean-François Codomié pour son article sur l’écriture de l’article avec les citoyens paru le 24 février 2022 dans Midilibre et qui suscite de très nombreuses réactions.

https://www.midilibre.fr/2022/02/24/pollution-de-lair-rue-saint-louis-a-montpellier-des-habitants-co-ecrivent-un-article-scientifique-10130350.php

 

UN ATELIER DE COECRITURE DE L’ETUDE PARTICIPATIVE ARCEAUX

Pour bien commencer l’année 2022, nous vous proposons un atelier de co-écriture d’un article scientifique que nous allons soumettre à la revue Community Science à comité de lecture.

Dans les canons des sciences participatives qui offre la possibilité à l’ensemble des acteurs (citoyens, élus, agents de la collectivité ou des services de l’Etat) d’intégrer le projet en fonction de ses volontés depuis la mesure citoyenne de la qualité de l’air jusqu’à la rédaction de l’article scientifique.

Il fait suite à la présentation de Sarah Letaeif doctorante encadrée par Pierre Camps qui a présenté les premiers résultats dans le cadre du colloque de l’AGU (organisme des sciences de l’Univers).

L’URBANISME PARTICIPATIF DANS LE CADRE DES “QUARTIERS APAISES” AU COEUR DE LA RECHERCHE

L’école de Chicago a développé le concept d’écologie urbaine au début du XX° siècle: l’urbanisme participatif dans le cadre des aménagements constitue une forme de prolongation.

L’objectif de cet atelier de co-écriture de l’article scientifique est:

(1) analyser les résultats de la première campagne de mesure sur les PM et la nature des polluants atmosphériques.

(2) analyser les effets du projet de recherche sur les évolutions du cadre de vie et des aménagements notamment dans le cadre de la concertation “quartier apaisé Arceaux”.

(3) analyser les effets du projet de recherche sur les acteurs eux mêmes y compris les chercheurs.

RDV DECALE AU LUNDI 7 FEVRIER 2022 CAUE MONTPELLIER

Nous remercions Renaud Barrès le directeur du CAUE de nous accueillir à nouveau dans les locaux du CAUE après une première rencontre entre les chercheurs de l’équipe, les habitants du quartier, certains élus et services de la Ville de Montpellier.

Nous devons décaler la date en raison de la crise sanitaire au:

Date: 7 février 2022

Lieu: CAUE (19 rue St Louis Montpellier)

Heure: 17H – 19H

Une présentation en visio afin de présenter les contours de la rédaction est prévue le lundi 17 janvier à 17H par zoom que vous recevrez dans vos boîtes aux lettres électroniques.

Merci de confirmer votre présence s’il vous plaît.

 

BREATHE dans le cadre du festival Aux Arbres Citoyens 15-17 oct. 2021

BREATHE invité de la 4e édition du Festival S.E.V.E. : du 15 au 17 octobre 2021

Voir la présentation de Stéphane Jouault adjoint au maire de Montpellier, délégué à la nature et à la biodiversité.

La 4ème édition du festival S.E.V.E est organisée en plein centre de Montpellier les vendredi 15, samedi 16 et dimanche 17 octobre 2021, de 10h à 19h, sur l’Esplanade Charles-de-Gaulle, par la Ville de Montpellier, avec la participation de l’association Horti.FM et de tous les métiers de l’horticulture, du jardin et du paysage.

4e édition du Festival SEVE : du 15 au 17 octobre 2021Voir l'image en grand

L’EXCELLENCE DE LA RECHERCHE AU COEUR DE L’ESPACE PUBLIC 

L’équipe de recherche BREATHE en partenariat avec la DREAL dans le cadre de la semaine dédiée à la qualité de l’air était invitée du  festival qui rassemble différents acteurs: pépiniéristes, concepteurs paysagistes, entrepreneurs du paysage, mais aussi jardiniers de la Ville, établissements d’enseignement et associations.

Le festival S.E.V.E a pour but de sensibiliser les visiteurs au monde végétal et de donner envie de jardiner dans le respect de l’environnement et de la biodiversité.

LE THÈME : L’ARBRE

Pour cette nouvelle formule, la thématique du festival est l’Arbre.

A noter que “L’arbre à Palabres climatiques”   après avoir été magistralement présenté lors de la COP21 était aussi parti prenante du festival (sans mention de référence).

L’arbre et plus précisément ses feuilles servent de bioindicateurs par leur capacité à filtrer les particules fines sur leur surface foliaire. Le thème de l’arbre était donc particulièrement pertinent et à propos pour présenter aux passantes et passants, enfants, petits et grands le projet BREATHE.

DU STREET ART & UN DISPOSITIF EXPLORATOIRE DE DESIGN PARTICIPATIF DES LICENCES 3 DNMADE CHAMPOLLION

Un groupe d’étudiants en LICENCE 3 de Design et Espace élèves de Lionel Scotto d’Apollonia sont venus tester un dispositif exploratoire visant à rendre visible l’invisible. L’objectif faire prendre conscience de la matérialité de l’air et apporter des éléments d’information sur les polluants atmosphériques, le CO2 étant encore présenté, à tort, comme un polluant atmosphérique.

Une collaboration fructueuse avec nos deux street artistes de la place No Luck et Mara qui ont réalisé une fresque participative. Ils ont longuement échangé avec les enfants sur leur métier et la signification de l’œuvre qu’ils étaient en train de réaliser.

No Luck a designé un superbe boitier Micro Capteur qui n’a pas manqué de susciter de nombreuses interrogations, objet médiateur permettant de nouer le dialogue avec les très nombreux passants. Le boitier a été mis symboliquement sur les trois Grâces sur la place de la Comédie afin de tracer un trait d’union entre le festival SEVE et le cœur de la vie à Montpellier.

UNE RENCONTRE AVEC MICHAEL DELAFOSSE TRES CONSTRUCTIVE

 

Cela commence comme un poème. Prenez deux micros capteurs de la qualité de l’air et positionnez l’un à côté de l’autre. Voilà une expérience simple comme bonjour, accessible et compréhensible de tous.

Résultats pour les particules fines relavant de la réglementation (pour info les plus fines, dites ultra fines, PM1 et PM 0,1 ne font l’objet d’aucune réglementation pourtant ce sont celles ayant l’impact le plus important sur notre santé).

Capteurs Gauche  Droite
Concentration PM 2.5

(microgramme par m3)

24 10
Concentration PM 10

(microgramme par m3) 

43 12

L’expérience est sans appel, une erreur du simple au double dans le premier cas et une erreur du simple au quadruple pour le second.

Si l’on change de grandeur physique et que l’on ramène la comparaison à des températures, inutile de vous dire que si la température est de 24°C elle n’est pas de 10°C et encore moins si la température est de 43°C elle n’est pas de 12°C !!!!!

Michael Delafosse a été particulièrement attentif et très surpris d’une telle marge d’erreur de la part des micro capteurs. La ville s’engageant dans des politiques visant à améliorer la qualité de l’air, il est important de savoir précisément qu’est ce que l’on respire réellement.

Nous avons pu ainsi passer un long temps d’échange avec Monsieur le Maire et Président de M3M, comme avec les citoyens pour leur expliquer qu’en fait un micro capteur comptaient les particules et qu’en raison de la forme très variables, ces derniers n’étaient pas en mesure de compter les particules correctement.

C’est tout l’intérêt du projet BREATHE de se pencher sur la complexité des mesures avec des micros capteurs et de compléter avec une mesure non conventionnelle à partir des feuilles des arbres.  (Voir notre séminaire du 7 oct. dédié à la complexité des mesures physiques et politiques).

 

BACK TO FESTIV’AIR 9 oct. 2021 LUNEL VIEL

FESTIV’AIR: FESTIVAL CITOYEN DEDIE A LA QUALITE DE L’AIR

Festiv’air est le fruit d’une collaboration entre plusieurs associations (Melgueil Environnement, Vélo Pays de l’Or, La Grande Motte Environnement, Lunel Viel Veut Vivre, et Artivistes atelier en collaboration avec la chaire UNESCO Complexité Edgar Morin dans le cadre du projet BREATHE. L’objectif était de créer un évènement festif, joyeux et fraternel lors de la campagne de collecte des feuilles de chênes blancs. Ce festival constitue une occasion pour échanger de manière informelle lors de la cueillette et au cours de la conférence avec les chercheurs du projet BREATHE, de l’Université Montpellier au premier rang desquels, Pierre Camps, le responsable du projet et Lionel Scotto d’Apollonia le coordinateur.

Mesurer la qualité de l’air est une tâche particulièrement complexe. La journée de Festiv’air financée par le projet BREATHE vise plus précisément à proposer un espace d’échange pour démocratiser les enjeux métrologiques (mesures) et d’actions en faveur de la qualité de l’air. L’objectif de la collecte matinale proposée est de développer avec les citoyens une métrologie haute résolution des particules fines dans un périmètre de 5 km autour de l’usine de valorisation des déchets OCREAL sources de nombreuses questions, contestations et préoccupations citoyennes. Les feuilles, en tant que biocapteurs, permettront de mesurer la concentration de particules fines.

 

UN SOLEIL RADIEUX POUR UNE BELLE JOURNEE FESTIVE ET PARTICIPATIVE

Sous un soleil radieux, le Festiv’air a été une très belle réussite malgré une organisation menée en un temps record (15 jours !). Prêtée par la mairie de Lunel-Viel, l’équipe d’ARTIVISTES, les différentes associations partenaires ont investi la salle Roux pour accueillir citoyennes et citoyens. Ces derniers ont été conviés à 10h du matin pour réaliser une collecte participative de feuilles de chêne blanc.

Objectif : produire une donnée transparente avec et pour les citoyens qui participent de la cueillette à la mesure.

Deux groupes, un à pied mené par Pierre Camps accompagné de Margaux Lefèvre, l’autre à vélo mené par Davia Dosias Perla et Lionel Scotto d’Apollonia ont été constitués pour la collecte. Lors de la balade, les citoyennes et citoyens ont pu échanger avec les chercheurs sur le protocole de collecte et des enjeux autour de la mesure de la qualité de l’air. Ces moments précieux ont considérablement ralenti la collecte qui a été finalisée le lendemain afin d’avoir une collecte synchrone. Voici ci-après une petite série de photos remémorant cette collecte.

 

La collecte terminée toujours sous un soleil d’automne particulièrement agréable, les deux groupes ont rejoint vers 12h30 la place du 14 juillet. Un verre de l’amitié a été bu au Bistrot de la place associé à l’évènement. A l’occasion de la balance avant le concert, quelques premières notes colorées et chaloupées de musiques ont rempli la place communale par le groupe TIPA TIPA.

LA MUSIQUE ENSOLEILLEE DE TIPA TIPA

Après un piquenique tiré du sac, le groupe TIPA TIPA a commencé un concert tout en volupté et chaleur. Un dance floor improvisé à même le trottoir s’est créé au gré des déhanchés. Mettre la culture, la musique, les valeurs de fraternités et de partage est au cœur du projet BREATHE : l’objectif a été pleinement atteint. Le projet BREATHE tend à créer des espaces de démocratisation des enjeux liés à la qualité de l’air de façon positive, ludique, culturelle et artistique afin d’analyser la portée des changements opérés sur l’ensemble des acteurs, à la fois les élus, ceux du SMEPE et en premier lieu son président et ses services, les citoyens quels que soient leurs opinions et les chercheurs eux-mêmes dans une approche critique et réflexive.

DU STREET ART COMME VECTEUR DE DEMOCRATISATION DES ENJEUX LIES A LA QUALITE DE L’AIR 

Mara et No luck, deux street-artistes montpellierains on the place comme on dit, ont collaboré ensemble lors de cette journée sur une œuvre ayant comme support des cubes de bois. Cette œuvre à taille humaine a permis de faire passer des messages et d’échanger sur cet art avec les citoyens et citoyennes. En parallèle, No luck a designé un cube afin d’accueillir un micro-capteur de particules fines. L’objectif d’esthétiser ce micro capteur est de permettre de créer des espaces d’échanges avec les personnes afin de permettre d’aborder la complexité de la mesure. Les micro capteurs low cost sont très peu fiables et produisent une mesure dont la margeur d’erreur est parfois équivalente à la mesure elle-même. Deux micro capteurs identiques au même endroit au même moment produisent des mesures différentes pouvant aller jusqu’à quatre fois la valeur ! Pourtant très en vogue par exemple dans le monde des cyclistes ces micro capteurs posent des problèmes de mesure que le projet tend à analyser et démocratiser. Autrement dit, vouloir mesurer la qualité de l’air avec un micro capteur c’est comme demander à sa grenouille quelle est la température ambiante.

Le séminaire réunissant des pointures dans le domaine de la mesure de la qualité de l’air le sept octobre 2021, soit deux jours avant, ont abordé ces questions de recherche. Il n’existe pas de mesure absolue ! Toute mesure effectuée étant une mesure relative en comparaison d’autres points de mesures. Ce simple élément rend la mesure de la qualité de l’air, une tache bien complexe.

Il existe un profond paradoxe à résoudre que nous mettons sur la place publique au sens propre et au sens figuré : le besoin de mesurer la qualité de l’air face un problème sanitaire majeur n’est pour l’instant pas combler par le marché florissant des micro capteurs !

L’effet du boitier designé par No Luck a été immédiat. Une semaine après le 16 octobre, Le président de la Montpellier Méditerranée Métropole, lors du Festival SEVE organisé par le service Biodiversité de la ville de Montpellier a été attiré par le boitier. Les échanges qui ont suivi l’ont particulière déstabilisé, il est revenu à plusieurs fois sur la mesure particulièrement surpris et interloqué par les erreurs liées aux mesures.

LA PAROLE DES CHERCHEURS AU COEUR DE LA PLACE PUBLIQUE 

Max Weber exhortait les chercheurs à descendre dans l’arène, dans l’espace public afin de se confronter aux réalités territoriales. Voilà l’exercice auquel se sont livrés les deux chercheurs Lionel Scotto d’Apollonia et Davia Dosias Perla sur le trottoir micro en main. Après une rapide présentation du projet, de ses différents terrains d’études et des objectifs scientifiques, ils ont répondu sans filet à de nombreuses questions.

 

LE PROTOCOLE AUTOUR DU CHENE BLANC :

 Le choix de l’arbre et du parcours

Le choix de l’essence du chêne blanc (Quercus pubescens)pour la cueillette et son parcours a été choisi par les chercheurs et notamment Pierre Camps en raison de l’homogénéité de sa couverture et du fait que sa feuille soit caduque. En ce sens, il est possible de maitriser le temps d’exposition à la pollution atmosphérique, la feuille jouant le rôle de filtre passif. La cartographie a été coconstruite durant l’année 2021 par des chercheurs du projet BREATHE et des citoyennes et citoyens volontaires, les contraintes sanitaires imposant de passer par les réseaux sociaux : exercice à contre-emploi des sciences participatives.

Une cinquantaine d’arbres a donc été cartographiée ainsi que le tracé du parcours de l’échantillonnage autour d’OCREAL. L’ensemble de ce qui a été cartographié comprend les communes de Lunel, Lunel-Viel, Saint-Just, Saint-Nazaire-de-Pézan, Lansargues, Mudaison, Valergues, Saint-Brès et Saint-Geniès-des-Mourgues.

L’échantillonnage, la préparation des échantillons

Devant chaque arbre balisé, l’échantillonneur doit se positionner devant des branches à hauteur de visage. Ensuite, à l’aide d’une paire de ciseaux, 9 feuilles sont à prélever aléatoirement et constituent ainsi un échantillon. Pour faciliter la mesure de la surface des feuilles a posteriori, il est recommandé de couper à la base de la feuille sans prélever le pétiole (partie du végétal qui rattache la feuille à la branche). L’ensemble des échantillons a été centralisé au laboratoire géoscience de Montpellier et pris en charge par le chercheur Pierre Camps.

Ouvrir les portes des laboratoires : une métrologie citoyenne

Le lundi 11 octobre 2021, une partie de l’équipe Artivistes et une citoyenne ont rejoint à 13h30 le laboratoire de Géoscience de l’université de Montpellier pour participer au traitement des feuilles échantillonnées.

Dans un premier temps, le traitement des échantillons consiste à fixer les particules fines déposées présentes sur les feuilles de chêne à l’aide d’une solution aqueuse. Ceci est nécessaire pour éviter la perte des particules fines lors des manipulations. Après cette étape, chaque échantillon est passé sous un scanner manuel pour mesurer la surface des feuilles. Ces mesures de surfaces foliaires serviront aux calculs de l’analyse.

Dans un second temps, les échantillons ont subi un traitement magnétique à l’aide d’un aimanteur spécialisé afin de « figer » l’aimantation naturelle des polluants pour éviter d’avoir des mesures erronées.

Enfin, la mesure la mesure du signal magnétique des particules fines a été réalisée à partir d’un appareil de mesure du magnétisme spécialisé et conditionné dans une salle l’isolant de la majorité des champs magnétiques parasites. La circulation de l’Hélium liquide permet de faire descendre la température de cet appareil de l’ordre de quelque Kelvin, c’est-à-dire proche du zéro absolu. Ainsi les matériaux introduits deviennent supra conducteur. Cet élément, unique au monde car réalisé par l’équipe de Pierre Camps, permet d’obtenir une sensibilité de mesure importante. Ainsi, nous avons obtenu la concentration en particules fines de chaque échantillon.

CAFE CITOYEN MERCREDI 29 SEPT GAZETTE CAFE

MERCREDI 29 SEPTEMBRE 2021

18H-19H30 CAFE CITOYEN GAZETTE CAFE QUELLES MESURES POUR LA QUALITE DE L’AIR A MONTPELLIER

PREMIERE PARTIE

5’ Cadrage des enjeux et rappel du projet BREATHE

10’ Parole citoyenne

  • un citoyen participant BREATHE
  • vélo cité

10’ Parole du politique

Isabelle Touzard Vice Présidente à Montpellier Méditerranée Métropole, déléguée à la Transition écologique et solidaire, Biodiversité, Energie, Agroécologie et alimentaire et Maire de Murviel-lès-Montpellier

20’ Parole de chercheurs

Pierre Camps Sarah Letaief (métrologie) – Marion Mortamais Jean-Luc Bourrain (santé) – Davia Dosias Perla (Sciences Politiques)

DEUXIEME PARTIE 

15’ Ping Pong entre les intervenants 

TROISIEME PARTIE

30’ Echange avec la salle Micro baladeur et questions posées par écrit pour celles et ceux qui le souhaitent sur post it.

20H ANIMATION MUSICALE  AVEC “LA FILLE ALLUMETTE”

Mélanie Arnal et Olivier Roman Garcia

https://mearnal.wixsite.com/melaniearnal

crédit photo ORG

SEMINAIRE BREATHE 7 OCTOBRE 2021

SEMINAIRE BREATHE JEUDI 7 OCTOBRE 2021

Nous tenons à remercier l’ensemble des chercheurs pour leur présentation et leur participation au séminaire BREATHE qui a permis de faire un état des lieux des recherches à la fois sur le plan métrologique et socio-politique.

Un séminaire de haut niveau mettant au jour un décalage toujours conséquent entre les savoirs et l’action que le projet BREATHE tend à articuler pour mieux le réduire.

Vous trouverez l’argumentaire et le programme cliquez ci-après Séminaire BREATHE qualité de l’air 7 oct. 2021 Site Triolet UM.

(R)Evolution’ air : la COMPLEXITE de la mesure de la qualité de l’air au cœur des enjeux démocratiques et politiques 

Depuis le 10 juillet 2020[1], la France est contrainte de payer une amende de 10 millions d’euros par le Conseil d’Etat français en raison d’un manque d’actions efficaces pour réduire le dépassement de seuils réglementaires de pollutions atmosphériques sur son territoire. Cette astreinte record découle du jugement en date du 24 octobre 2019 de la Cour Européenne de justice[2] répondant aux besoins d’action et de prise en compte des enjeux sanitaires liés à la qualité de l’air que nous respirons. Ainsi sommé d’agir, l’Etat a pris un certain nombre de dispositions pour les collectivités territoriales, dans l’urgence[3], telle que la mise en place (obligatoire) des Zones à Faibles Emission mobilité (ZFEm). Ces dernières sont en cours d’élaboration et d’arbitrage et au cœur d’un certain nombre de programmes électoraux régionaux et de mandats métropolitains ou d’Agglomération, pour une mise en place progressive jusqu’en 2028. L’urgence à la mise en place de cette mesure vient se confronter à la réalité et la nécessité des usages des habitants des dits territoires qui vont voir leur quotidien potentiellement hautement impacté. En effet, dans les communes et intercommunalités concernées dans lesquelles ces zones seront instaurées seuls les véhicules les moins polluants (en fonction de leur certificat Crit’Air) auront le droit de circuler.

Continuer la lecture de SEMINAIRE BREATHE 7 OCTOBRE 2021

FESTIV’AIR SAMEDI 9 OCTOBRE 2021 LUNEL VIEL

UN FESTIVAL DEDIE A LA QUALITE DE L’AIR: FESTIV’AIR

https://www.festivair.fr/

A l’occasion de la collecte de feuilles de chêne blanc pour mesurer les concentrations des particules fines autour de l’usine de valorisation des déchets OCREAL, venez participer au festiv’air, dans une ambiance festive, fraternelle, joyeuse, l’occasion d’échanger avec les chercheurs.

CLIQUEZ ICI POUR VOUS INSCRIRE

ARTICLE PARU DANS MIDILIBRE

Merci à Midilibre et à Julie Jaillaguet pour l’article présentant le projet BREATHE dans le le Lunellois.

crédit photo MidiLibre

Lionel Scotto d’Apollonia a repéré un chêne blanc dans le parc Hugo. MIDI LIBRE – J. J.

EnvironnementValerguesLansargues

L’association Artivistes lance avec deux laboratoires régionaux un projet participatif ouvert à tous pour évaluer la qualité de l’air dans le lunellois.

“Qu’est-ce que je respire chez moi et quels sont les polluants qui m’entourent” ? Ce sont les questions que pose une étude participative lancée par l’association Artivistes et deux laboratoires de recherche, Géoscience Toulouse et Géoscience Montpellier.

Pour la réaliser, il faut partir à la cueillette des feuilles de chêne blanc et établir une cartographie de cet arbre dans le périmètre compris entre Lunel, Lunel-Viel, Saint-Just, Saint-Nazaire-de-Pézan, Lansargues, Mudaison, Valergues, Saint-Brès et Saint-Geniès-des-Mourgues. “Il s’agit d’un projet de science participative ouvert à tous, appelé Breathe, financé par l’Agence nationale de recherche qui a pour but de mesurer la qualité de l’air avec le citoyen et pour le citoyen “, indique Lionel Scotto d’Apollonia, directeur scientifique de l’association Artivistes.

Ce projet de science se décortique en deux temps. Une première phase, de mai jusqu’à l’été, consiste à repérer tous les chênes blancs et à en cueillir quelques feuilles.

Micro-particules

“Chaque feuille de chêne blanc est un filtre de pollution. Les polluants qui se fixent dessus ont des propriétés magnétiques. On passe ensuite ces feuilles dans une machine qui nous permet, en fonction de l’aimantation, de définir la concentration des particules fines. Une technique de chimie permet ensuite de déterminer l’ADN du polluant et de tracer la source”, renseigne l’associatif.

Dans la ligne de mire des chercheurs, les particules fines et surtout les plus fines d’entre elles. “La législation européenne impose de mesurer les particules jusqu’à 2,5 micro-mètres mais pas celles qui sont inférieures, jusqu’à 0,1 micro-mètre, qui sont pourtant les plus dangereuses”, détaille Lionel Scotto d’Apollonia.

L’étude analysera les particules fines de 10, 2,5, 1 et 0,1 micro-mètres. “Nous ne sommes pas là pour dénoncer mais pour s’interroger sur les limites de la connaissance au niveau de la mesure de la qualité de l’air qui est très complexe et liée aux déchets et à la mobilité. Et d’impliquer le citoyen sans le culpabiliser”, souligne-t-il.

Pour cela, Lionel Scotto d’Apollonia et son équipe ont déjà commencé le porte-à-porte auprès de particuliers mais également d’associations et d’acteurs de l’économie sociale et solidaire.

Incinérateur

Les chercheurs ont déjà repéré quelques endroits où pousse le chêne blanc. “Il y en a beaucoup autour de l’incinérateur, jusqu’à Lansargues. Nous n’avons pas d’apriori sur les résultats mais nous avons potentiellement une source de pollution donc on va identifier d’où ça vient. Une fois qu’on aura identifié ce point-là, on pourra réaliser une modélisation, c’est-à-dire une simulation de la dispersion des polluants”, ajoute Lionel Scotto d’Apollonia.

Outre la cueillette de feuilles de chênes blancs, les citoyens ont également la possibilité d’installer un filtre passif dans leur jardin, rue, balcon. “Il se présente comme un petit cylindre avec à l’intérieur comme un coton qui joue le rôle de la feuille de chêne. En fonction de la première cartographie de chênes blancs, on pourrait déterminer des points plus stratégiques qu’il faudrait couvrir, par exemple une place de village où il n’y a pas de chêne blanc”, explique Lionel Scotto d’Apollonia.

Ou encore, pour comprendre comment la mesure de la qualité de l’air fonctionne, la fabrication de micro-capteurs, qui devront être réglés au Zephyr Lab, un laboratoire citoyen à Saint-Aunès, afin que la mesure soit standardisée.

Renseignements et inscription : www.breathe.hypotheses.org ou 0 610 63 59 49

crédit photo MidiLibre

Décryptage

Traduction dans l’action publique

La deuxième phase du projet consiste à accompagner l’action publique dans la mise en œuvre d’actions efficaces pour améliorer la qualité de l’air, notamment au travers d’ateliers participatifs.

Nous avons passé une convention de partenariat avec la communauté de communes Rhôny Vistre Vidourle pour l’aider dans l’élaboration du cadre de son Plan climat-air-énergie territorial (PCAET)“, souligne Lionel Scotto d’Apollonia. L’association n’a pas à ce jour de partenariat similaire avec le Pays de Lunel.

Montpellier déjà sondé

La première campagne de mesure s’est réalisée entre les mois de novembre et février, rue Saint-Louis, aux Arceaux. Deux citoyens participants au projet sont venus au laboratoire (Site Triolet Montpellier bat 22) afin de participer aux analyses en court“, informent les chercheurs sur le site de Breathe.

JULIE JAILLAGUET

 

ETUDE IMPACT QUALITE DE L’AIR OCREAL

L’étude d’impact de la qualité de l’air autour d’OCREAL vise à développer un projet de recherche action participative permettant:

(1) de déterminer la concentration des particules fines (PM 10 -2.5 -1 – et 0.1) dans un rayon de 5 km autour de l’usine (voir carte ci-dessus)

(2) de chercher à identifier les différentes sources de pollution

(3) de développer un modèle de dispersion des polluants.

QUI?

Ouvert à toutes et à tous !!

QUAND?

Nous effectuerons deux campagnes d’échantillonnage:

Phase 1 fin avril début mai 2021

Phase 2 début juillet 2021

COMMENT?

L’originalité est d’effectuer les mesures à l’aide de trois procédés dont il s’agit par comparaison de normaliser la mesure:

  • Cueillette de feuille de chêne blanc
  • Capteurs passifs à mettre chez vous et dans les endroits stratégiques
  • Micro-capteurs low coast.

FORMULAIRE INSCRIPTION

Cliquez ici pour vous inscrire

La TERRE Au Carré: Pollution aux particules fines et ultrafines

EMISSION LA TERRE AU CARRE Lundi 14 décembre 2020

Retrouvez un article de l’excellente émission La Terre au Carré de  Mathieu Vidard

Merci Radio France pour la qualité de vos émissions.

RELAIS D’UN ARTICLE PUBLIE DANS NATURE

Cette émission fait suite à un article publié dans Nature notamment par des chercheurs de l’IRD, du CNRS et de l’UGA qui ont participé à une étude européenne sur les sources de particules fines nocives pour la santé, coordonnée par l’Institut Paul Scherrer (PSI, Suisse).

Comme le relate le site de l’IRD :

“Leurs résultats, publiés dans la revue Nature le 18 novembre 2020, révèlent le caractère nocif des particules fines dans l’atmosphère à travers leur potentiel oxydant. Ils suggèrent que cet indicateur devrait être pris en compte à l’avenir dans les mesures de régulation de la qualité de l’air, pour la santé des populations dans le monde.  

La pollution atmosphérique est responsable de plusieurs millions de décès prématurés chaque année dans le monde et constitue l’un des cinq facteurs de risque sanitaire majeurs, aux côtés de l’hypertension artérielle, du tabagisme, du diabète et de l’obésité. Pour lutter contre ce phénomène, des mesures visant à restreindre les émissions sont prises au-delà d’un certain seuil de concentration massique de particules fines présentes dans l’air. Afin de compléter ces mesures de régulation quantitatives, les scientifiques cherchent à comprendre ce qui rend les particules atmosphériques si dangereuses. 

Un stress oxydatif qui intensifie la réaction inflammatoire

Un risque sanitaire accru dans les métropoles européennes 

Les aérosols d’origine humaine plus oxydants 

POLLUTION AUX PARTICULES FINES ET ULTRAFINES

crédit photo SCOTTO

La pollution aux particules fines © Getty / Alexandros Maragos

Retrouvez l’émission présentée par Mathieu Vidard

https://www.franceinter.fr/emissions/la-terre-au-carre/la-terre-au-carre-14-decembre-2020

avec Karine Léger ingénieure en environnement et directrice générale d’Airparif

et Gaëlle Uzu , biogéochimiste de l’atmosphère à l’IRD, et affecté à l’Institut des géosciences de l’environnement à Grenoble. Elle est co-auteure de l’étude européenne sur les sources de particules fines nocives pour la santé, coordonnée par l’Institut Paul Scherrer (PSI, Suisse). Leurs résultats, ont été publiés dans la revue Nature le 18 novembre 2020 .”

ETUDE PARTCIPATIVE QUALITE DE L’AIR ARCEAUX MTP

ETUDE EN COURS

Cette page présente l’avancée de l’étude participative “rue Saint Louis” dans l’ordre un ordre chronologique inversé.

Débutée à la sortie du premier confinement et pendant la période des élections municipales en 2020, l’étude vise à développer une métrologie à haute résolution spatiale à l’échelle du quartier des Arceaux.

Voici un lien vers un article rédigé par Jean-François Codomié que nous remercions sur le projet dans le quartier des Arceaux.

PREMIERE CAMPAGNE CITOYENNE REALISEE fin 2020 début 2021.

La première campagne de mesure malgré des conditions sanitaires difficiles s’est réalisée entre les mois de novembre 2020 et février 2021. Les résultats seront communiqués prochainement (voir soirée café citoyen 29 septembre 2021 Gazette café). Deux citoyens participants au projet sont venus au laboratoire (Site Triolet Montpellier bat 22) afin de participer aux analyses en cours. Ils peuvent ainsi pleinement témoigner de la transparence du protocole.

POSE ANEMOMETRE 30 JUILLET 2021

Après de long d’attente, l’équipe du laboratoire Géosciences Montpellier a posé un anémomètre sur les arceaux afin de pouvoir modéliser la dispersion des polluants atmosphériques. Merci encore aux services de la Ville de Montpellier et plus particulièrement Alexandre Gouget et au CAUE qui nous a grandement aidés.

ATELIER CITOYEN 17 Juin 2021 La Cigale

La Ville de Montpellier a mis en place au printemps 2021 dans le cadre des quartiers apaisés une concertation visant à impliquer les citoyens dans les futurs aménagements du quartier. Cette concertation a consisté à articuler une première phase de concertation en ligne du 6 mai 2021 au 23 juin 2021 avec le 12 mai 2021 une première réunion publique en visioconférence (Compte rendu). 

Un groupe de Groupe de travail Habitants Arceaux a été animé par l’urbaniste en charge de 20 citoyens  composé de quelques citoyens tirés au sort et d’habitants, de commerçants et de représentants d’associations choisis par la Ville Réel. 

Nous avons accompagné des participants au projet BREATHE afin de leur apporter de les aider à projeter leur vision du futur. Ainsi nous avons réalisé dans la rue un atelier participatif sur la base d’une maquette 3D construite par l’association Artivistes le 17 juin 2021.

Vous pouvez consulter ici le compte rendu de l’atelier participatif. COMPTE RENDU ATELIER PARTICIPATIF 17 JUIN 2021 La Cigale

Suite au travail réalisé par le cabinet d’urbanisme et le groupe de travail citoyen la Société d’Aménagement de Montpellier Méditerranée Métropole (SA3M) a ouvert un marché public le 10 juillet 2021 qui s’est clôturé le 9 aout 2021 de “Mission de maîtrise d’œuvre relative à la mise en valeur de l’espace urbain d’Arceaux-Peyrou” Description des missions et  Programme Fonctionnel.

Une deuxième réunion publique est prévue à l’automne 2021 simultanément au démarrage des travaux rue Saint-Louis ainsi qu’une troisième réunion publique au printemps 2022.

COMPTE RENDU REUNION BREATHE RUE ST LOUIS SAMEDI 27 mars 2021 – CAUE Mtp

 

A l’initiative de Mr Bellanger, adjoint au Maire au quartier et en présence de Mme  Saint Martin portant le renouveau démocratique, de trois conseillers du cabinet de la ville de Montpellier et de sa Métropole, de citoyens participants au projet et d’habitants du quartier notamment l’association AVA, nous avons présenté le projet durant deux heures.

Les échanges ont porté sur de nombreux points notamment les conflits d’usage autour dans la rue St Louis et l’importance de définir un cadre de partenariat entre la ville et/ou la Métropole pour potentialiser une démarche s’inscrivant pleinement dans la volonté de développer un renouveau démocratique permettant de mettre les habitants au cœur de la cité tout en prenant en compte les contraintes réglementaires et d’expertise des services de la collectivité.

L’ingénierie de la participation répond en ce sens parfaitement aux attentes des différents acteurs.

Pour plus de détail: Voir l’article et les vidéos réalisés par Valérie Perez du CAUE

Nous remercions M. Barrès, directeur du CAUE qui nous a accueilli et qui participe au projet.

COMPTE RENDU REUNION BREATHE RUE ST LOUIS JEUDI 26 NOV.  2020 – 18h Visio Zoom

Suite à la première campagne de mobilisation citoyenne dans le quartier des arceaux, nous avons organisé une réunion en visio par Zoom afin de respecter les contraintes sanitaires dues à la COVID-19.

crédit photo Scotto
crédit photo Scotto

Ordre du jour :

  • Présentation du projet BREATHE
  • Information concernant le début de la campagne de métrologie (Pose des filtres – déroulé)
  • Atelier participatif sur l’évaluation des niveaux d’engagement et questions autour du projet

Points à retenir :

  • Distribution Kits et pots de Lierre chez vous avec filtres les 4 et 5 décembre 2020.

ATTENTION POUR DES RAISONS PRATIQUES VOUS AUREZ LE WEEK END (2 JOURS) POUR POSER LES BOÎTIERS ET NOUS RENVOYER LE FORMULAIRE AFIN QUE LE DÉBUT DE LA CAMPAGNE SOIT SYNCHRONE ENTRE TOUS LES HABITANTS.

  • Sarah (0627818611) et Lionel (0610635949) sont à votre disposition pour toutes formes de questions et viendront vous distribuer les kits.
  • Proposition de visibiliser le projet dans la rue St Louis tout en sécurisant les voies piétonnes et cyclables avec des plantes : réunion prévue sur site dont la date reste à définir avec les élus et services de la Ville et Métropole.
  • Collaboration avec l’école d’Architecture de Montpellier.

RAPPEL PROJET

crédit photo MidiLibre
crédit photo MidiLibre

Durée du projet en général : 2019-2023

Début du projet quartier Arceaux Mai 2020

Phase 1 Première campagne mesures participatives : décembre 2020 à février 2021

Phase 2 : Animation atelier participatif sur la base des résultats à partir du printemps 2021

Phase 3 : En fonction des résultats des mesures et des ateliers.

Financement : Agence Nationale de la Recherche, Observatoire OREME, MSHS.

Porteur du projet et coordination

UMR Géosciences Montpellier 

Partenaires :

Association loi 1901 Artivistes-atelier membre de l’ICPC (Institut de la Concertation et de la Participation Citoyenne)

UMR Géosciences Environnement Toulouse

Champs disciplinaires : Géophysique et Géochimie – Sciences Participatives – Sociologie – Sciences Politiques.

Objectifs scientifiques :

Le projet BREATHE comporte deux volets interreliés. Le premier consiste à développer un programme de métrologie participative de la qualité de l’air à l’aide notamment de la collecte de feuilles de végétaux, de filtres passifs et de micro-capteurs. Le second vise à animer des ateliers participatifs en s’appuyant sur l’ingénierie de la participation Artivistes-atelier afin d’accompagner autant que faire se peut l’action publique en faveur des questions Air-Climat-Santé.

PRESENTATION GENERALE

 

PRESENTATION DU PROTOCOLE DE MESURES PARTICIPATIVES

Pour celles et ceux ayant des interrogations, Sarah et Lionel sont à votre disposition et pourront vous donner toutes les informations nécessaires lors de la distribution des kits vendredi 4 et samedi 5 décembre 2020. En cas d’indisponibilité pourriez-vous nous contacter svp ? Si vous n’étiez pas disponible ces jours là merci de ne communiquer une date et horaire de rdv svp ?

 

ATELIER PARTICIPATIF AVEC MURAL animé par Emilie Dias

Nous remercions vivement Emilie Dias qui a animé un atelier participatif exploratoire afin de tester son opérationnalité en vue de l’hypothèse défavorable d’un troisième reconfinement.

Nous remercions l’ensemble des habitants de s’investir dans le projet BREATHE.

Enfin nous remercions les élus Florence Brau et Stéphane Jouault pour leur présence, l’intérêt exprimé pour le projet et les échanges constructifs qui permettent de renforcer la phase d’institutionnalisation du projet.

La plateforme utilisée était MURAL. Elle nécessite un temps d’appropriation et fonctionne correctement, l’objectif final est atteint et le résultat satisfaisant. L’outil se présente comme un tableau sur lequel chacun peut naviguer librement et zoomer sur les différentes parties.

 

L’atelier s’est découpé en plusieurs étapes. Nous avons pris le parti de passer la quatrième parce que nous avions les informations nécessaires.

La première étape permet de se familiariser avec l’outil et de briser la glace en choisissant la couleur d’un avatar. La deuxième a permis de mettre au jour l’intérêt de chacun vis-à-vis du projet. Sans surprise les personnes présentes sont forcément les plus motivées. Une enquête de terrain ethnographique auprès des citoyens engagés et plus largement des habitants viendra compléter ce point afin. Elle permettra de cartographier les perceptions des habitants portant sur la qualité de l’air, les questions de mobilités et plus largement des usages quotidiens dans le quartier des arceaux.

Les participants ont pu dresser une liste d’engagements concernant le projet reproduit ci-dessous.

La cinquième étape a permis de poser des questions librement alimentant ainsi une riche discussion à la fois sur les aspects métrologiques tout autant que la dimension citoyenne et participative du projet.

 

Ces échanges très riches et collaboratifs ont permis de faire émerger une série de propositions. L’équipe de BREATHE exprime à nouveau sa motivation à permettre de mettre en synergie les acteurs et de s’investir dans les demandes de collaboration.

  • Une réunion sur site est envisagée avec notamment Laurent Nizon. L’équipe BREATHE prend en charge la coordination entre les différents acteurs et la réalisation de la réunion.
  • Cette réunion vise à évaluer les possibilités de communiquer autour du projet notamment dans la rue St Louis en envisageant par exemple la pose de bacs végétalisés afin de sécuriser les usages notamment pour les piétons.
  • Une proposition de partenariat avec l’école d’architecture de Montpellier a été proposée.
  • Cette première série de mesures qui durera environ trois mois pourra être renouvelée au printemps ou en début d’été 2021. Des ateliers participatifs seront organisés à la fin de la première campagne afin de construire les bases d’une démarche participative vertueuse visant à soutenir les efforts de la Ville de Montpellier et de la Métropole afin d’améliorer le cadre de vie et la qualité de l’air notamment à travers son PCAET (Plan Climat Air Energie Territorial) ou la ZFE (Zone à faible émission).

 

crédit photo MidiLibre
crédit photo MidiLibre

 

Pour plus d’informations contacter

Lionel Scotto d’Apollonia

06 10 63 59 49

APPEL A CONSTRUCTION DU GROUPE CITOYENS PENDANT LE CONFINEMENT

crédit photo Scotto
crédit photo Scotto

PROFITEZ DU CONFINEMENT ET REJOIGNEZ UN PROJET DE RECHERCHE INNOVANT

Profitez de cette période inédite et quelque peu étrange à vivre de confinement pour rejoindre le groupe citoyen dans le cadre du projet de recherche participatif BREATHE financé par l’ANR.

“Une expérience de Sciences Citoyennes innovantes”

Vous pouvez avoir différents niveaux d’engagement d’un simple suivi et être informé au fur et à mesure de l’avancée du projet à l’implication dans la collecte de plante voire la fabrication de boitiers micro-capteur à la mesure dans nos différents lieux (laboratoire Géosciences à l’Université Montpellier ou au Zephyr Lab sur la commune de Saint Aunès (34).

Les données citoyennes construites seront publiées sans aucune restriction sur un site spécialement dédié.

Le but in fine est d’aider l’action publique grâce à un programme participatif tout aussi inédit en s’appuyant sur une ingénierie sociale spécifique développée par l’association Artivistes-atelier.

crédit photo photo
crédit photo photo

UNE INSCRIPTION SIMPLE ET ENCADREE PAR LA CNIL

C’est simple il suffit de cliquez ici et de nous envoyer un mail avec votre nom prénom et votre lieu de résidence.  Vos données sont protéger par la CNIL et vous pouvez directement remplir le formulaire (fiche protocole BREATHE).

crédit photo Scotto
crédit photo photo

LA QUALITE DE L’AIR TUERAIT DEUX FOIS PLUS QUE LE TABAC

L’actualité de l’alerte sanitaire et du confinement du au CORONA VIRUS (COVID19)  a donné lieu à des réponses étatiques sans précédent afin de limiter le nombre de décès.

“67300 décès par an en France à cause de la pollution atmosphérique”

Pourtant la qualité de l’air est un enjeu de santé public à bas bruit tout aussi urgent. Malgré l’éloquence des chiffres les mesures de l’Etat ne sont pas aussi radicales. En effet, le nombre de décès prématurés directement liés à une exposition chronique à un air ambiant de mauvaise qualité dépasserait celui lié à l’usage du tabac  — 8 millions de décès annuels contre 7 millions pour le tabac. Les chiffres à l’échelle de la France se passent de commentaires 67300 décès prématurés.

Lionel Scotto d’Apollonia –

Coordinateur programme Sciences Citoyennes et Recherche Action Participative – 06 10 63 59 49 – breathe.occitanie@gmail.com

 

 

CONFERENCE PIERRE CAMPS QUALITE DE L’AIR

CONFERENCE: la qualité l’air – apport de la géophysique et de la géochimie

Animée par Pierre Camps DR CNRS

De manière récurrente, l’OMS et l’Agence Européenne de l’Environnement publient des rapports de synthèse sur la qualité de l’air que nous respirons avec une évaluation des impacts sanitaires sur la santé des populations et des écosystèmes. Relayées dans les presses audiovisuelles et écrites, ces constats alertent de plus en plus les citoyens qui organisés en associations interpellent les pouvoirs publics jusqu’à, pour dans certains cas, porter des actions en justice.

Cette communication est l’occasion de présenter BREATHE, un programme de recherche lauréat de l’ANR-2019 mené sous forme de Sciences Citoyennes. Ce projet participatif porte sur l’étude des dépôts atmosphériques notamment ceux issus du trafic en milieu urbain et péri-urbain sur les arbres et arbustes ainsi que les autres sources de pollutions. La mesure, non-conventionnelle, est basée sur les techniques du magnétisme environnemental et de la géochimie environnementale. Notre approche permet de réaliser des observations à haute résolution spatiale et potentiellement d’identifier les sources des polluants. Ce projet innovant s’inscrit dans le cadre des sciences participatives. Vous pouvez vous impliquer :

(1) en participant aux mesures dont les résultats sont publiés en open data garantissant une totale transparence

(2) en participant aux ateliers participatifs visant à accompagner les politiques publiques en s’appuyant sur les résultats obtenus.

(3) en participant au programme de recherche action participative dans le but d’analyser les conditions et limites d’intégration des mesures sur la qualité de l’air dans les politiques publiques.

RETOUR SUR LA CONFERENCE

Une quarantaine de personnes ont fait le déplacement le vendredi soir au milieu de la fac des sciences et techniques de Montpellier pour écouter Pierre Camps. Force est de constater que la qualité de l’air est un sujet mobilisateur.

Une conférence réussie et interactive grâce à un système interactif en ligne.

LES DIAPOSISITIVES DE LA PRENSENTATION

 

 

 

 

 

LIEN AVEC LE RESEAU CASPA

crédit photo Scotto
crédit photo Scotto

PRESENTATION COMMUNICATION PIERRE CAMPS ET DAVIA DOSIAS PERLA

PRESENTATION COLLOQUE 1-4 AVRIL 2019

De nombreux domaines des sciences de l’environnement ont connu une expansion remarquable des capacités technologiques et méthodologiques au cours des dernières décennies. L’augmentation de la puissance de calcul, les nouvelles techniques de collecte de données grâce à des instruments moins chers et plus fiables et la disponibilité de données de haute qualité ont accru les possibilités. D’un autre côté, la science citoyenne (l’implication du public dans les processus scientifiques) prend de l’ampleur dans des domaines de plus en plus variés, en lien avec la biodiversité, les tremblements de terre, la météo, le climat, la pollution de l’air ou des sols, et la santé par exemple. Des observatoires citoyens sont en cours de développement un peu partout et pourraient contribuer à des recherches, des stratégies d’actions environnementales et politiques plus vastes. Par une participation crédible à la science, les citoyens pourraient contribuer activement à la prise de décision en matière d’environnement, se sensibiliser aux problèmes environnementaux, ce qui permettrait ainsi de bâtir une société plus résiliente. Mais il est nécessaire pour cela, de veiller à ce que les données collectées et analysées par les citoyens respectent les mêmes normes que celles en vigueur pour les projets de recherche traditionnels. Ceci nécessite donc d’innover ou d’adopter les meilleures pratiques pour la réalisation de ces recherches participatives.

Le développement et le déploiement de microcapteurs individuels connectés mesurant des paramètres de l’environnement physique et chimique, et leur utilisation dans le cadre de programme de sciences participatives, reste pour le moment complexe. De nombreuses questions ouvertes demandent réflexion, et des verrous scientifiques restent à lever.  Au cours des dernières années un nombre croissant d’initiatives a vu le jour en France et à l’étranger pour développer et déployer des capteurs environnementaux portables et connectés, qui ouvrent la voie à une utilisation par des citoyens dans le cadre d’opérations de recherche, de démarches associatives, ou dans un but commercial. Mais ces initiatives sont malheureusement pour la plupart locales et pour les chercheurs impliqués il manque aujourd’hui des occasions d’échanger, de partager les bonnes pratiques, de mutualiser les développements, les protocoles, les approches, etc, conditions nécessaire pour une exploitation scientifique des données produites par ces approches.

Des sessions spécifiques sur le sujet restent confidentielles dans des congrès internationaux, et de nombreux acteurs français sont d’accord sur l’importance de collaborer plus largement aujourd’hui sur ces sujets : laboratoires en Sciences de l’Environnement, laboratoires de Sciences Humaines, Instituts, mairies, association de surveillance de la qualité de l’air, laboratoires citoyens (fablabs, hackerspace, etc.), etc.  La proposition d’un colloque national a donc reçu un écho très favorable de la communauté interdisciplinaire accueillant la possibilité d’établir un état des lieux des initiatives en France, de partager les bonnes pratiques, de permettre lorsque c’est possible de mutualiser des outils, des développements, des méthodes. A titre indicatif, un document pdf déposé en réponse au présent appel à projet donne une liste de personnes ou organismes intéressés par ce colloque.