PUBLICATIONS

PUBLICATION RELATIVES AU PROJET BREATHE

2021

Biomagnetic Monitoring vs. CFD Modeling: A Real Case Study of Near-Source Depositions of Traffic-Related Particulate Matter along a Motorway

Sarah Letaeïf et al. 

A test site located along a 12-lane motorway east of Montpellier, France, is used to evaluate the potential of biomagnetic monitoring on traffic-related particulate matter (PM) to parametrize a computational fluid dynamics (CFD) simulation of the local airflow. Two configurations were established on the site with three vegetated flat-top earth berms of a basic design, and a fourth one was located windward to the traffic roofed with a 4-m-high precast concrete wall. As a first step, PM deposition simultaneously on plant leaves, on low-cost passive artificial filters, and on soils was estimated from proxies supplied by magnetic and X-ray fluorescence measurements on both sides of the motorway. These latter revealed that traffic-related pollutants are present on soils samples highlighted with a clear fingerprint of combustion residues, and wears of breaks, vehicles, and highway equipment. Maximum PM accumulations were detected in the lee of the berm–wall combination, while no significant deposition was observed on both sides of the flat-top earth berms. These results are in line with measurements from PM µ-sensors operated by the regional state-approved air quality agency. Finally, we compared the experimental measurements with the outcomes of a computational fluid dynamics (CFD) modeling based on the Reynolds-Averaged Navier–Stokes (RANS) equations that consider the traffic-induced momentum and turbulence. The CFD modeling matches the experimental results by predicting a recirculated flow in the near wake of the berm–wall combination that enhances the PM concentration, whereas the flat-top berm geometry does not alter the pollutants’ transport and indeed contributes to their atmospheric dispersion.

2019

De la biosurveillance participative de la qualité de l’air

Lionel Scotto d’Apollonia et al.

Résumé Après avoir dressé un état des lieux des évolutions de la Recherche Action Participative (RAP) et des Sciences Citoyennes (SC), cet article présente un dispositif innovant nommé Artivistes-atelier (AA) visant à accompagner les politiques publiques sur
la qualité de l’air en intégrant le citoyen dans la boucle décisionnelle prenant en compte le champ de contraintes sociales et environnementales y compris les épineux aspects métrologiques. Il détaille comment le dispositif (AA) s’intègre et se développe dans deux projets de recherche complémentaire (Air-Climat-Santé-Société & Art et BREATHE) sur la qualité de l’air pour apporter des réponses concrètes à des problèmes complexes dans un esprit résolument pragmatique, critique et réflexif

UN DISPOSITIF PARTICIPATIF STABLE AU SERVICE DE LA QUALITE DE L’AIR :

Dosias Perla Davia et al.

Cet article décrit d’une part la construction d’un dispositif participatif stable intégrant une ingénierie de la participation et d’autre part sa phase d’opérationnalisation dans le cadre d’un projet de Recherche Action Participative (RAP) « Air Climat Santé Société & Art » financé par l’ADEME visant à accompagner les huit communes du territoire pilote du Pays de l’Or dans l’élaboration de son Plan Climat Air Énergie Territorial (PCAET) de novembre 2017 à novembre 2019. L’objectif du projet de Recherche était d’analyser les freins et les leviers inhérents à la fabrique des politiques publiques sur les enjeux Air Climat Santé et plus particulièrement le déficit de Participation citoyenne et d’efficacité des Actions à tous les niveaux d’échelle.
L’article détaille comment la prise en compte de la conflictualité politique et des asymétries de pouvoir au cours des différentes étapes de co-construction du diagnostic partagé a conduit à l’élaboration de l’ingénierie de la participation. Les premiers éléments d’analyse de sa phase d’opérationnalisation mettent en avant la stabilité du dispositif par sa capacité à être reproductible dans les différentes communes. L’analyse de ces bases comparatives et du processus d’institutionnalisation au sein de l’agglomération permettent d’identifier les apports et les limites du dispositif participatif et en retour d’identifier les freins et les leviers d’action en fonction des niveaux d’échelle de développement du processus participatif.

De la biosurveillance participative de la qualité de l'air à la décision politique

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search